LE CHOCOLAT…

L’aventure continue, et, comme j’ai été sage, PaMan ont décidé de ne pas me priver de désert…. Au son d’une musique Rock dont je vous laisse deviner les auteurs (le nom des photos devrait vous aider….), PaMan nous dirigent vers le Joshua Tree National Park, où nous avons prévu de rester quelques jours.

WHERE THE STREETS HAVE NO NAME

Ce parc est donc célèbre pour ses arbres de Joshué, qui en parsèment la partie la plus élevée en altitude. Pour simplifier, je dirais que sont des yuccas qui ont réussi, mais le résultat est étonnant, et très beau. D’autant que les montagnes qui entourent le parc sont souvent enneigées, que le ciel est très menaçant, apportant une dimension dramatique (c’est un mot que les ricains adoOOOorent utiliser pour décrire des paysages peu communs!) à l’endroit. Nous pouvons également observer la -parait-il- fameuse faille de San Andreas, qui permet à la côte ouest de USA de s’éloigner d’un pouce par an de la côte est…. Nous sommes sur un terrain granitique, et PaMan retrouvent des types de paysages qu’ils ont déjà croisé dans leurs voyages, de l’Australie à la Tanzanie. Ces billes de granite sont vraiment magnifiques, et nous restons souvent en arrêt devant les prouesses d’équilibriste qu’affichent certains blocs!

ONE TREE HILL

Nous randonnons au milieu de ces petits massifs, qui abritent de riches écosystèmes du vent, tout en leur procurant de l’eau en quantité raisonnable (je vous rappelle que nous sommes dans le désert….), comme ici à Hidden Valley. Des pins poussent, des cactus poussent, et nous rencontrons aussi des Roadrunners, vous savez, l’oiseau de « BipBip et le Coyote »; nous verrons d’ailleurs aussi un coyote… Nous croisons également pas mal de grimpeurs, qui ont trouvé dans ces blocs une incroyable variété de voies de toutes difficultés.

BULLET THE BLUE SKY

WITH OR WITHOUT U

Les rangers se souviendront qu’il a plu dans la Joshua Tree National Park, c’était…..quand il y avait la famille française….. Et oui, ne rigolez pas, il pleut ici 5cm d’eau par an, et nous avons donc la chance, appelons cela comme ça, de jouir de ce rare spectacle…… La pluie tambourine ainsi sur le toit de notre palace à roulettes les 2 nuits que durera notre séjour! Que l’on se rassure, il en faut plus pour nous décourager, et nous gravirons quand même la Ryan Mountain (300m de dénivelé pour mes petites jambes),

RYAN MOUNTAIN

Nous irons explorer les vestiges d’anciennes mines d’or,

MOTHERS OF THE DISAPPEARED

Et pourrons même expérimenter un peu en faisant de drôles de photos nocturnes (vous savez que je vous aime?)…

RED HILL MINING TOWN

Notre virée se termine par l’observation d’une colonie de Cholla, une espèce de cactus très chouette, qui n’a rien d’autre à faire que produire des graines stériles, car il a trouvé un moyen plus efficace pour se reproduire…. J’en perds mon latin!

EXIT

Nous quittons le parc après avoir également observé des oasis pavées de palmiers natifs, qui forment un étonnant contraste avec la sécheresse (ça me fait tout bizarre d’écrire cela alors même qu’il pleut!) environnante. Nous traversons une chaine de montagnes qui répond au doux nom de Chocolate Mountains, j’adoOOOore ce pays et leur façon de baptiser les endroits matter-of-factly!!!!!!!

Direction, le désert! Il faut dire que la Californie n’est pas vraiment le jardin d’Eden. La Central Valley est fertile (lisez ou relisez « Les Raisins de la Colère »), mais pour le reste, le minéral l’emporte souvent sur le reste. Nous allons donc visiter le désert d’Anza-Borrego, après avoir traversé la Mecque (pas celle à laquelle vous pensez, mais plutôt Mecca, Californie ;-)). Nous arrivons de nuit -et sous la pluie- à Borrego Springs, le point d’entrée du parc. Nous campons dans un super RV Park, et trainons un peu le lendemain matin, puisque…. il pleut, et allons à la poste pour vous envoyer, chers lecteurs, des cartes postales! Nous tombons alors un peu par hasard sur un français, qui nous dit qu’il est restaurateur dans ce petit village au milieu de nulle part (à 90 min de San Diego, ceci étant) depuis 6 ans. C’est marrant, un français par ici! Mon sang ne fait qu’un tour lorsqu’il nous parle de pain, de croissants et de pains au chocolat, vous pensez bien! Nous nous reverrons, pensé-je….

Une tentative de randonnée ratée (il pleut) plus tard, Nous décidons de finir la journée tranquilles, au campground du parc, à observer des colibris, et des plantes qui se mettent déjà à fleurir (48 heures pluie, elles en profitent!!!!).

MOUNTAIN LAVEND

Nous allons ensuite plein d’espoir boire un verre chez Yves, mon nouveau pote, mais, à 18h00, le restau est complet. Ils sont fous, ces américains! Je ne repartirai toutefois pas les mains vides, et le lendemain (ce matin, en fait, puisque je vous écris en date du 27, sans savoir quand je pourrai poster ce billet)…..

MIAM MIAM

GROUNCH

Mon premier pain au chocolat de ma courte vie!!!! A Borrego Spring, Californie! Vous vous doutez que j’apprécie le moment à sa juste valeur!!!!!

D’autant que le temps est redevenu normal, et que nous allons donc reprendre où nous avions arrêté la promenade d’hier. C’est mieux quand il fait soleil, vous pouvez me croire.

IN GOD'S COUNTRY

Nous nous dirigeons donc dans le lit d’un wash vers le sommet d’une vallée qui recèle une oasis, où pullulent les California’s Fan Trees, qui sont vraiment de très chouettes palmiers, bien qu’ils, grande déception pour moi, ne produisent pas de noix de coco….

FAN TREES

Pour fêter ça, retour au « French Corner », le restau français (humour belge, le French Corner se trouve sur un rond-point, par définition dépourvu de coin….), pour retrouver un peu de raffinement dans ce monde de brutes. L’établissement est aussi une boutique, et Yves importe des conteneurs de produits chinés aux foires à la brocante de France et de Navarre, dont raffolent les Californiens en mal d’histoire, et d’authenticité. Nous sommes un peu comme à la maison, et je passe un super moment, d’autant que j’ai droit à une MOUSSE AU CHOCOLAT offerte par le chef!!!!! On voit que c’est dimanche….. Je quitte l’endroit à regret, FRENCH CORNER

J’aimerais bien revoir Yves, qui passe chaque année quelques mois en France, dans sa maison des environs de Nîmes. Sur les conseils de ce dernier, nous allons donc découvrir (et goûter une délicieuse apple pie) une petite ville typique et charmante à la fois, qui répond au doux nom de Julian,

JULIAN

Non sans avoir observé de drôles de bestioles  qui parsèment le désert….

SCORPION

DRAGON

Quand je vous dis qu’ils sont fous, ces Ricains…..

Enfin, Je vous aime!

XXX Alix.

Publicités

SAN FRANCISCO, JE T’AIMEUUUUUU……

Je suis en Californie!!!!!!! Après une courte nuit en avion, puis une encore plus courte liaison entre la cité des Anges et San Francisco (Frisco, pour les intimes, et pour la suite), nous avons finalement rejoint notre maison pour les 2 prochaines semaines : un Recreational Vehicle, ou RV, comme on appelle les camping cars dans cette partie du monde……

Le véhicule est immense, lourd, mu par un V8 Ford qui tourne en moyenne autour du 25l aux 100km, en faisant un doux bruit… de V8 (enfin, c’est Papa qui dit ça, moi, je n’y connais rien!).

CRUISEAMERICA

Notre première journée sur la côte ouest se passera à Frisco, où nous étions censés retrouver Ted, un ancien exchangee de PaMan, qui nous pose un genre de lapin. Nous visiterons donc la ville seuls, en compagnie toutefois des otaries qui ont colonisé le Pier 39 après le tremblement de terre de 1989…

PIER 39

Je m’éclate dans le fameux funiculaire qui joue aux montagnes russe d’un bout à l’autre de la ville,

CABLECAR

En ayant une petite pensée pour Denise, qui travaille pour Homelink, notre site d’échange de maison, qui est originaire de cette ville…. Nous marchons beaucoup, et finissons la journée au Ferry Terminal, en ayant vu la lune, mais point de maison bleue accrochée à la colline…..

GOLDEN GATE

FERRY TERMINAL

Nous avons décidé de suivre la mythique (enfin, je crois…) Highway 1, qui relie Frisco à LA, et qui apparait dans de si nombreux films américains que PaMan ont l’impression, en la parcourant, de jouer dans un film….. La Californie est aussi célèbre pour son industrie virtuelle (nous sommes passé devant le siège mondial de Facebook à Palo Alto, trop COOOOOOOOOOOL!!!!!!!) que pour ses sequoias, et nous mettons donc le cap sur le Big Basin State Park, qui permet une plongée dans le temps et l’espace. Certains Redwoods, une espèce locale de sequoia, ont 1400 ans, et nous pouvons donc retracer une bonne partie de notre histoire en lisant les cercles qui s’ajoutent, année après année, à ces arbres majestueux, répondant au nom classieux de Sequoia Sempervirens…  C’est majestueux, vert, très frais, j’adore.

SEQUOIA

SEQUOIA2

SEQUOIA3

Nous passons la nuit dans le parc, et campons au milieu de ces géants tranquilles, qui sont capables de résister virtuellement à tout, au feu, aux termites, au vent, au froid….. tout en allant chercher le soleil à plus de 115m de haut!

Nous cruisons ensuite vers Santa Cruz, charmante station balnéaire, pour rejoindre Monterey, point de départ de cette fabuleuse portion de route qui surplombe le Pacifique.  Nous sommes servis, le temps est extrêmement clair, le soleil brille, il fait très doux, les baleines sont là, comme depuis le début de notre voyage.

NEW BRIGHTON BEACH

La route devient alors sinueuse, et littéralement accrochée à la falaise. Papa n’en mène pas large, le RV est en effet un très gros morceau, mais nous continuons néanmoins notre route, en croisant même des stars sur le chemin ;-)…….

HIGHWAY1

HIGHWAY 2

Afin de parfaire mes connaissances (ainsi que les leurs) des mammifères marins, PaMan m’emmènent faire la connaissance des éléphants de mer qui parsèment littéralement les plages du coin. Par Milliers, ces grosses et grasses bestioles s’entassent sur des kilomètres de plage, nous offrant un fabuleux spectacle. Les petits sont vraiment petits, et nous les voyons téter leur mère, tandis que les mâles jouent les gros durs, en montrant leur « trompe »…. Si vous rajoutez le bruit et l’odeur…..

SEA ELEPHANTS

SEA ELEPHANTS 2

Nous dormirons ce soir à Avila Beach, où il gèlera! Nous rencontrons brièvement une famille venant d’Alaska, qui voyage avec 5 enfants, dont des triplés qui ont mon âge, dans une caravane…. Tout se petit monde vit plutôt en vase clos, puisque les grands (11 et 9 ans) suivent une scolarité à distance…. Le Papa nous déclarant simplement qu’il ne partage pas les valeurs inculquées par le système éducatif américain… PaMan se posent des questions existentielles sur le sujet, qui ne m’empêche pas personnellement de dormir…. Nous aurons droit pendant notre promenade matinale au spectacle offert par une loutre de mer, faisant  tranquillement la planche sur le dos, en sa baladant dans le port de San Luis Obispo…

SAN LUIS OBISPO

Qui dit Ouest dit coucher de soleil, et nous en prenons une fois de plus plein les mirettes,  en arrivant à notre étape suivante, aux alentours de Ventura, pour admirer les Channel Islands, le soleil couchant, les surfeurs et les pélicans….

EMMA WOODS BEACH

EMMA WOODS BEACH 2

EMMA WOODS BEACH 3

Et puis voilà, ce matin, nous nous retrouvons à la Mecque….. Je vous explique : Papa est un utilisateur enthousiaste des vêtement Patagonia, et, je vous le donne en mille, cette marque est originaire de….. Ventura, California! Nous nous rendons donc dans le saint des saints, LES locaux de la Great Pacific Iron Works (tout a commencé par la fabrication de mousquetons dans les années 70, d’où le nom),

PATAGONIA

Et je puis vous assurer que j’aurai chaud cet hiver, maintenant que j’ai une doudoune, et que Maman sera au sec et au chaud aussi, avec sa nouvelle et magnifique veste….. Papa, vous demandez-vous? PFFFF, il a déjà suffisamment de fringues, et il en a même oublié de s’offrir un bonnet!!!!!

Allez, il faut que je reprenne la route,

ALXI DRIVING

Alors je vous embrasse tous bien fort!

XXXX, Alix.

BANZAI!!!!!!!!!!!!

Je vous écris du fond de mon lit, j’ai en effet été rattrapée par les rigueurs de l’hiver, et suis quelque peu fiévreuse…

Nous avons passé les premiers jours de 2013 sous le radieux soleil de Maui, où Papa s’est éclaté en stand-up paddle, Maman en observant les poissons, PaMie en s’occupant de moi. Nous avons quitté notre maison du moment avec un peu de regrets, elle était chouette (nonobstant l’absence de jouets pour votre serviteur…).

MAUI'S HOME

Nous avons profité d’un dernier magnifique coucher de soleil sur la plage de Kihei, pendant lequel les baleines s’en donnaient à coeur joie,

WHALES @ SUNSET

Avant de nous rentrer tranquillement à la maison d’Honolulu, pour terminer notre séjour tropical. Nous avons ainsi emmené PaMie visiter les plages de la côte nord, LE coin où les meilleurs surfeurs du monde se rejoignent l’hiver pour profiter des GROSSES vagues qui arrivent tout droit de la côte ouest des USA.

BANZAI PIPELINE

Le nom de ces plages est évocateur, Banzai, par exemple, ou Pipeline, pour vous donner une idée de la taille des vagues hivernales…

SURF

SURF 2

C’est gros, ne trouvez-vous pas? La plage est très belle, et j’en profite pour danser la Polka du roi (malgré la stricte interdiction de mon Papa ;-)).POLKA

PaMan sont en pélerinage, en quelque sorte, puisqu’ils ont déjà foulé le North Shore il y a 5 ans, en été cette fois-ci, et le Pacifique l’était, calme comme un lac. Le contraste est vraiment saisissant.

PaMan ont réservé une petite surprise pour le déjeuner, et nous nous dirigeons vers nulle part, pour tomber sur un vieux camion plutôt pourri,

GIOVANNI'S

Qui offre néanmoins d’excellentes assiettes de crevettes. Tout Oahu semble se retrouver ici pour le déjeuner, et c’est effectivement terriblement bon (Ok, Papa ne s’éclate pas plus que ça avec sa salade de macaroni, plat typiquement hawaiien, s’il en est.), et accompagné, suprême bonheur, d’un smoothie à la noix de coco et à l’ananas…. j’adoOOore, comme vous le savez déjà.

Une sieste plus tard, je me retrouve téléportée à Pearl Harbour, petit port de pêche qui a paraît-il connu son heure de gloire en 41, pour accompagner PaMie dans ce voyage dans le temps. Je suis trop petite, et je n’ai pas l’autorisation de monter à bord, mais Maman emmène ses parents visiter un sous-marin de l’époque, qui a même à son palmarès un navire de guerre battant pavillon français……. Il paraît que nous n’aurions pas non plus toujours été parfaits dans le choix de nos amis pendant cette période…..

BOWFIN

Comme vous le voyez, nous continuons de ne pas nous ennuyer, d’autant que, pour parfaire mon imprégnation de la culture américaine, j’ai testé pour vous les urgences de l’hôpital pour enfants d’Honolulu, à cause de mes 41,5° de fièvre….. Une expérience assez rigolote, tout compte fait, j’ai même essayé un nouveau truc : ne pas pleurer pendant que le médecin m’auscultait! Je vous rassure, j’ai eu raison du virus, me suis remise à manger, et n’ai plus de fièvre; je joue à nouveau comme une folle avec mes 2 jouets préférés, Papi et Mamie….

XXXXX, Alix.

LA MONTAGNE, CA VOUS GAGNE!!!!!!

Les îles, c’est chouette, mais la montagne, c’est quand même dans mes gènes, j’adoOOore ça! Nous nous sommes ainsi offerts une virée sur le point culminant de Maui, avec en prime un lever de soleil. Un départ à 5h00 du matin ne me fait pas peur, et Papa nous a ainsi conduit comme un chef, en suivant les instructions de Maman, notre super GPS, au sommet du Haleakala, 3200 et quelques mètres d’altitude, pour un merveilleux sunrise, sur fond de Big Island, de cratère, de dômes couvrant des télescopes, et de silverswords, plante endémique, que l’on ne trouve qu’aux sommets du Haleakala, du Mona Kea et du Mona Loa…

SILVERSWORD

A notre arrivée, nous nous rendons vite compte que nous ne serons pas tout à fait seuls pour saluer le soleil,

CROWDED SUNRISE

Mais le spectacle est malgré tout étonnant, pour ne pas dire merveilleux. Les nuances d’orange se succèdent à une cadence infernale, nous pouvons observer Big Island, qui nous fait face, et les nuages se colorent au gré du soleil qui sort de sa torpeur.

SUNRISE

SUNRISE 2

SUNRISE 3

Je suis heureuse car je puis prendre mon Bibi du matin à une telle altitude, je bois froid, mais toujours un peu moins que le sol, qui est gelé par endroit! Lorsque la foule se disperse, nous restons un peu, errant autour du cratère, et profitant de la chaleur qui nous réchauffe rapidement. Puis nous allons voir de plus près les observatoires,

COCOTTE MINUTE

(ne dites rien, la cocotte minute est une installation militaire destinée à tracer les satellites….) avant d’attaquer une longue redescente vers la mer. Nous ferons alors halte à Pahia, un charmant petit village où nous mangerons une crêpe au « Café de Amis » (!). Pahia est aussi une magnifique plage, où ce matin, les vagues sont énoOOormes, et où les surfeurs et boogie boarders s’en donnent à coeur joie.

Nous rentrons à la maison un peu fatigués et, après une sieste réparatrice, nous allons admirer nos bon vieil astre solaire qui a fini sa tournée et s’en retourne vers vous, chers lecteurs, en nous offrant un élégant coucher, sur fond de baleines à bosses, s’il vous plait!

WHALES AT SUNSET

SUNSET

Et nous fêtons enfin dignement cette fin d’année, en retard sur tout le monde (je pèse mes mots, nous sommes vraiment les derniers à finir l’année), mais en profitant de notre terrasse jusqu’à la lie.

HAPPY BABABA

Histoire d’attaquer à fond la nouvelle année, nous irons donc visiter le Maui Ocean Center, le plus bel aquarium de l’état, où nous en prendrons effectivement tous plein les mirettes. Je suis über excitée, et je cours en tous sens pour montrer à PaMie les myriades de poissons qui vivent dans ces eaux tropicales. Les coraux sont magnifiques, et PaMie sont enchantés de pouvoir ainsi accéder au monde du silence sans avoir à se mouiller.

AQUARIUM

AQUARIUM 2

Le clou du spectacle se trouve être un immense bassin, auxquels les visiteurs accèdent via un tunnel de verre, leur permettant d’observer requins, raies, carangues et mérous dans un univers quasi naturel, et en quasi liberté. C’est énorme, et tout simplement beau. Nous restons là longtemps, à profiter de ce somptueux spectacle, et je me prends un peu pour Nemo (le capitaine, pas le poisson….).

SHARKS

SHARKS 2

SHARKS 3

Comme le titre de ce billet ne l’indique pas, j’aime vraiment bien la mer, aussi….

Luv u, Alix.